SCP DESBOS BAROU, avocat à Lyon
74 rue de Bonnel, 69003 Lyon
Disponible aujourd'hui de 9h à 12h30 et de 14h à 19h
 
SCP DESBOS BAROU, avocat à Lyon
 
Disponible aujourd'hui de 9h à 12h30 et de 14h à 19h
 
 
74 rue de Bonnel, 69003 Lyon
SCP DESBOS BAROU
Cabinet d'avocats à Lyon

L'indemnisation du trouble de jouissance du locataire : Tribunal judiciaire de LYON, Chambre 1, Cab 01 A, RG 20/06517


Quels étaient les faits du dossier ?

 

Une association P avait conclu une convention avec une association A, représentée par la SCP DESBOS BAROU, pour la mise à disposition à l’année de salles.

L’association P demandait en justice le paiement de différentes factures impayées et ce à hauteur de 15.364 €.

Reconventionnellement l’association A demandait des dommages et intérêts en raison du trouble de jouissance qu’elle estimait avoir subi.

Le trouble de jouissance correspond à une nuisance, qui empêche le locataire de profiter pleinement du bien mis à disposition.

Le Tribunal a retenu dans un premier temps que le préjudice de jouissance était établi, avant d’évaluer celui-ci et d’accorder des délais de paiement à l’association A.

 

Comment le préjudice de jouissance a été prouvé ?

 

Le Tribunal a retenu les pièces produites par l’association A.

A la lecture de celles-ci il apparaissait que les échanges entre les parties avaient été complexes.

Par ailleurs la commission de sécurité avait émis un avis défavorable à la poursuite de l’exploitation sur les lieux loués, sans que l’association P réalise les travaux pour remédier à cet avis.

Enfin l’association A avait rencontré des difficultés dans le cadre de l’exécution de la convention, les prestations promises n’étant pas fournies en intégralité, les salles mises à disposition étant insuffisantes.

Au regard de ces éléments le Tribunal a considéré que le préjudice de jouissance était constitué.

 

Quel a été le montant du préjudice de jouissance retenu ?

 

Il n’est jamais facile d’évaluer un préjudice de jouissance. En raison des faits reprochés le Tribunal a retenu un préjudice de jouissance égal à quatre mois de loyers, soit 7682,40 €. Le Tribunal a ensuite opéré une compensation entre les demandes des parties. L’association A a ainsi été condamnée à verser à l’association P la somme de 7682,40 € au lieu de 15.364,80 €, ce qui constitue une économie non négligeable.

L’association A a été autorisée à verser cette somme en 23 mensualités de 320 € et le solde à la 24e mensualité.

Le préjudice de jouissance retenu, couplé aux délais de paiement accordés, a permis de sauver l’association A, celle-ci ayant par ailleurs des difficultés financières.


Articles similaires

Derniers articles

Le nouveau cadre légal applicable en matière d’acquisition de congés payés pendant un arrêt de travail

La Banque doit-elle vérifier l’endos d’un chèque ? Cour d’appel de LYON, 6e chambre, 22 février 2024, RG 22/02959, BPAURA

Point sur les congés payés après les arrêts du 13 septembre 2023

Catégories

Création et référencement du site par Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.