SCP DESBOS BAROU, avocat à Lyon
74 rue de Bonnel, 69003 Lyon
Disponible aujourd'hui de 9h à 12h30 et de 14h à 19h
 
SCP DESBOS BAROU, avocat à Lyon
 
Disponible aujourd'hui de 9h à 12h30 et de 14h à 19h
 
 
74 rue de Bonnel, 69003 Lyon
SCP DESBOS BAROU
Cabinet d'avocats à Lyon

Escroquerie aux diagnostics immobilier : Tribunal correctionnel de LYON, 4 février 2022


La SARL ID, dirigée par Madame X, sa gérante, représentée par le cabinet, réalisait des prestations de diagnostics immobiliers.

 

Madame X avait la charge de l’administratif, alors qu’un responsable diagnostic s’occupait de l’aspect opérationnel.

 

Les diagnostics immobiliers sont très encadrés. Les articles L271-4 et suivants et R271-1 du code de la construction et de l’habitation, imposent qu’il soit recouru à une personne dont les compétences ont été certifiées par un organisme accrédité dans le domaine de la construction, ou à une personne morale employant de telles personnes. Les certifications doivent être renouvelées tous les cinq ans et les diagnostiqueurs sont soumis à des opérations de surveillance annuelle pour vérifier qu’ils se tiennent à jour des évolutions techniques et juridiques.

 

Par ailleurs concernant les diagnostics plomb il est nécessaire de posséder un appareil de détection, ainsi que d’avoir une certification spéciale.

 

En l’espèce la personne en charge des diagnostics au sein de la SARL ID avait usurpé l’identité d’autres diagnostiqueurs pour réaliser des diagnostics immobiliers alors qu’elle n’était pas habilitée pour le faire, en l’absence de formation à jour, mais aussi pour réaliser des diagnostics plomb alors qu’elle ne disposait pas de l’appareils nécessaires pour de tels opérations.

 

La gérante de la société contestait avoir eu connaissance de ces faits, étant responsable uniquement de l’administratif, et ne gérant pas l’aspect technique des diagnostics.

 

La DGCCRF considérait qu’en tant que gérante elle ne pouvait ignorer la réalisation de ces faux diagnostics.

 

C’est ainsi que la SARL ID, la gérante, ainsi que le responsable diagnostic, étaient poursuivies sous la qualification d’escroquerie.

 

Le Tribunal correctionnel de LYON a étudié précisément la procédure et les constatations de la DGCCRF, particulièrement complètes.

 

Il a ainsi considéré que « la participation de (la gérante) aux faits d’escroquerie n’est étayée par aucun élément matériel. Au vu de la répartition des tâches entre (le responsable diagnostic) et elle, il apparaît qu’elle n’était pas investie dans la réalisation des prestations proposées par la société.

Sa connaissance de l’usurpation par (le responsable diagnostic) du nom et des certificats des deux diagnostiqueurs n’est pas davantage établie. Elle sera relaxée des faits reprochés ».

 

Madame X a ainsi été relaxée des chefs de poursuites. 


Articles similaires

Derniers articles

Le nouveau cadre légal applicable en matière d’acquisition de congés payés pendant un arrêt de travail

La Banque doit-elle vérifier l’endos d’un chèque ? Cour d’appel de LYON, 6e chambre, 22 février 2024, RG 22/02959, BPAURA

Point sur les congés payés après les arrêts du 13 septembre 2023

Catégories

Création et référencement du site par Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.